lundi 14 décembre 2020

Coder et tester "mieux" avec CQRS et EventSourcing

Le titre fait le plein de buzzwords, mais c'est pas pour cela que je l'ai choisi. Non j'ai la conviction et l'expérience que l'architecture basé sur CQRS - le principe de séparation de commande et de query et le EventSourcing - le fait de calculer l'état de l'application basé sur les évènements passés, facilite les tests automatiques tout comme il facilite l'expression du domaine métier dans le code - le DDD. Je vais essayer d'expliquer pourquoi de manière visuelle. Mais tout d'abord une petite explication sur ce que je veux dire par "mieux" dans le titre de ce billet. Ici mieux veut simplement dire "plus métier", c'est pas toujours "mieux" mais "mieux" fait mieux dans un titre ;) 

Bon revenons aux choses sérieuses, en commençant par un diagramme basique de CQRS implémenté de façon EventSourcing



CQRS et EventSourcing

Lorsqu'une commande arrive, elle se fait valider par le CommandHandler qui la transforme en 0 à n évènements. Par exemple une demande de réservation hotel, peut se solder par une réservation ou non. Les évènements, s'il y en a, se font ajouter à la log des events et servent aussi à entretenir des "projections". Les projections servent avant-tout à répondre rapidement à une question (query), car avec ces projections pré-calculées pas besoin de parser l'ensemble des évènements pour chaque question. A noter tout de même qu'on peut faire sans projection pour les cas qui ne nécessitent que peu de performance.

Code orienté métier 

Mais qu'est-ce qu'il y ait de si fantastique pour les tests et en quoi cela permet de mieux exprimer le domaine? Pour y répondre regardons de plus près les 3 éléments principaux :

  1. CommandHandler
  2. ProjectionHandler
  3. QueryHandler

Le CommandHandler consiste à recevoir la commande, une intention utilisateur, la valider par rapport aux évènements passés et la traduire en quelques évènements du domaine. Bon déjà l'entrée et la sortie sont purement des données du domaine, compréhensibles par n'importe quelle personne du domaine métier.

Le ProjectionHandler reçoit des évènements et par rapport à l'état actuel de la projection calcule un nouveau état de projection. Les projections sont souvent des états pré-machés pour l'UI ou pour une autre application, donc proche du besoin métier. 

Finalement le QueryHandler répond à une requête GET de façon spécialisé (non CRUD) soit en passant une projection directement soit en parsant des évènements métier. Parfois un peu des deux. 

On voit bien que la logique est très tourné métier et que les interactions avec les bases de données sont faibles. Donc le code est à la fois tourné métier mais aussi peu couplé à la BDD.

Fonctions pures

Mais ce n'est pas tout. Ce que moi je fais énormément dans le code un peu partout, quelque soit l'architecture en place, est d'isoler des parties de pure logique. En gros avoir des fonctions qui ne font que prendre des valeurs en entrée et qui retournent des valeurs en sortie, rien d'autre. Dans le cas ci-dessus ça donnerait quelque chose comme (la logique pure en jaune)






Tel des satellites la logique est extraite et il ne reste que le travail de coordonneer appel à la BDD et appel à la logique pure. Presque l'ensemble de la logique métier se trouve alors dans des fonctions pures, toutes bien orientée métier. 

Les tests

Mais alors en quoi cela aide pour les tests? Ben c'est le doux rêve de tout écrivain de test d'avoir des fonctions pures. Pas de dépendances hard-codés, pas de dépendances à injecter, pas de mocks à initialiser. En gros cela donne des tests faciles à écrire et surtout faciles à lire. De plus ces tests ne sont pas trop sensibles à des refactorings, car plus le code est orienté métier et haut niveau plus son API est stable.

Attention ici je ne décris que les avantages de cette architecture, il y a bien-sur des inconvénients, mais ce sera le sujet d'un autre billet. Peut-être :)







Aucun commentaire:

Publier un commentaire