vendredi 3 mai 2019

Mob-programming, l'histoire d'une équipe

J'ai eu la chance d'interviewer une équipe qui fait du mob-programming pour le travail quotidien. Personnellement j'en ai fait souvent lors des coding-dojos, mais jamais pendant une longue durée dans un projet, c'était donc pour moi une excellente opportunité de bénéficier de leur expérience! Comme j'ai adoré ce petit échange d'une heure avec cette équipe très épanoui et fier de leur travail, je vous partage cher lecteur une version condensé en espérant que vous trouverez cela aussi utile que moi.



Comment cela a-t-il commencé?

Au début il y a avait qu'un développeur, et avec l'arrivée de deux autres on voulait essayer le mob rien qu'en mode apprentissage. On pouvait ainsi continuer à livrer tout en enseignant l'environnement technique et fonctionnel. "C'est bien plus agréable que de lire des docs" Remarque l'un des développeurs!

C'était très progressif, mais au bout de quoi, peut-être 3 semaines les nouveaux étaient opérationnels et participaient à pied d'égalité. Cela fait environ 9 mois maintenant et depuis nous avons intégré une nouvelle personne. La nouvelle personne a aussi beaucoup apprécié.

Cette nouvelle personne connaissant un peu moins la stack et les méthodes de développement (souvent du TDD) il a beaucoup apprécié le mob et notamment le fait de forcer le passage au clavier, pendant 7-10 minutes à la fois. Quand on est obligé comme ça on est obligé de s'accrocher et on progresse très très vite.
Il a été naturel de continuer le mob même après cette phase de montée en compétences

Justement, je suis curieux, faites-vous du mob tout le temps?

Non, on travaille aussi souvent en pair-programming, et même tout seul parfois. C'est assez naturel de switcher entre l'un et l'autre.

Qu'est-ce qui fait que vous choisissez le mob ou le pair ou le solo.

Le mob c'est lorsqu'il y a un peu de complexité, quand on sent qu'il y aura pas mal de discussion. Si quelque chose est très clair, qu'il n'y a pas trop de questions à se poser on va le faire seul ou à deux. Le choix se fait assez naturellement.

Quels sont d'après vous les bénéfices du mob?

Le code est bien meilleur en mob, on va tout de suite faire une remarque qui va être pris en compte sans perte de temps. Souvent c'est des choses qu'on aura même pas pris la peine de remonter lors d'un code-review.
Parfois on s'est retrouvé à même annuler une story suite à une discussion survenue dans le mob. C'était pas si facile de gérer ceci dans le code et c'était discutable d'un point de vue métier. Si quelqu'un l'avait fait seul on peur qu'il aurait juste foncé sans se poser ce genre de question.

<< Et là le PO a très envie d'intervenir :) >>

- Oui le truc le plus génial c'est que maintenant le dev plutôt js se retrouve à faire un peu d'embarqué (seul) et du coup je n'ai plus à planifier un petit peu de ceci et un peu de cela pour que tout le monde soit occupé dans l'équipe. Je peux me soucier de ce qu'il faut fonctionnellement!

- Effectivement ça doit faciliter les absences aussi, quelque part ça crée automatiquement une équipe pluri-disciplinaire

- Exactement!

Est-ce qu'il y a eu des tensions à gérer?

Oui, d'un point de vue matériel une fois qu'on était lancés, on s'est rendu compte qu'il fallait acheter un grand écran de qualité et on a fait des modifications à un bureau pour qu'il n'y ait pas de gêne pour s'approcher, genre des box à tiroirs.

Sinon dans l'équipe il y a beaucoup de bienveillance donc il n'y a jamais de problème de ce point de vue là. Par contre c'est assez intense et après une journée de mob on sent qu'on a travaillé! On n'a pas de pauses programmés sauf un peu le matin et en début d'après-midi et ça marche bien comme ça. Si quelqu'un n'est pas à fond tout le temps ce n'est pas très grave non plus.


---

Merci beaucoup à Damien, Romain, Sylvain, Benjamin et Vincent d'avoir partagé toute cette expérience. J'ai pas mal pratiqué dans des dojos, mais je n'ai pas réussi à mettre en place le mob à ce point dans un projet et ce genre de retour m'aide. Que vous continuez à prendre autant de plaisir dans le travail!

mardi 2 avril 2019

In cognitive psychology is refactoring a cost or a benefit?


Did you ever get frustrated when someone refactored your code? Or did you refactor someones code just to find out that the original developer wasn't all too happy about it?  This certainly happened to me a few times. Here's my understanding of what's happening from the point of view of cognitive psychology.

In cognitive psychology there's the term Long-Term Memory (LTM), which is roughly what we usually call just memory. What's interesting with our LTM is that it's optimised for storing large amounts of data, but not for changing existing data.

When we refactor some code we're forcing the developers knowing the code to rewrite their long-term memory. Remember that LTM is made to store a lot but not to be updated. That's a cost we're imposing on the original author. Sure the intention is to make future features cheaper to implement, but that's still a certain cost vs a potential benefit, later.

Given this we can better understand the frustration that a developer might feel when his/her code is thoroughly refactored. The bigger the change the higher the cost for the developers who know the code. In particular if the only motivation for changing the code is to make it cleaner or better, then that frustration might well be justified. After all better for whom? Certainly not for the original developer!

On the other hand whenever we have to evolve the code we're forced to rewrite the code and the corresponding LTM anyway, and if the code is not very well decoupled then it is quite unclear what part of our mental model of the code has to be rewritten. Should our brain just hang on to the original image or replace it or a part of it? The resulting LTM rewrite is probably imprecise, or requires more effort. The more complex the code, the harder it is to remodel and if it contains accidental complexity, we pay accidental remodelling cost. In short, with bad code that keeps changing, it's expensive to maintain a good mental model of the code in our long term memory.

If instead it was implemented respecting the principles of Single Responsibility Principle (small cohesive parts) and Open-Closed Principle (for new features code is added, instead of changed) then for any change in functionality we'd only have to swap one well identified part of the code. It becomes clear to our brain which part has to be rewritten in LTM, hence the cost of a rewrite is low. By respecting the principles of SRP and OCP we minimise the cost of maintenance in our LTM.

Conclusion and disclaimer


Cognitive psychology tells us there's an additional cost of refactoring in the form of (cache) invalidation of our mental model of the code. Of course this doesn't mean we should avoid refactoring as it also tells us that we need well factored code in order to minimise the cost as new features get added. By understanding the forces at play we can better choose when and what to refactor.

I'm nowadays very wary of refactoring code that doesn't need new behaviour. It hasn't always been so, indeed for several years I happily refactored code just because I could. Learning the basics of cognitive psychology has thought me to concentrate refactoring efforts to whenever I need to change the code anyway.

As a last word, there are valid reasons for refactoring code without a need for change. For instance for readability: naming things, extracting methods. Another good example is removing accidental complexity.

Would you like to hear more about this? Like how our LTM is feed through Chunking and Short Term Memory and how to optimise for that?

jeudi 3 janvier 2019

Testability trick - Replace static initialiser with lazy initialiser

A simple 4-step refactoring to make code more testable.

Static initialisers are a major hurdle for testing. If you have a static initialiser that for instance performs a request to the database then you cannot access that class in a unit test. Let alone mock it. So even if you're trying to test some other class, you cannot, since the offending class is contaminating every use of it with non testability. You want to make sure to remove the static initialiser so that other classes can be tested in isolation.


The solution is to replace the static initialiser with a lazy initialiser. This will allow you to load the class for mocking. You'll probably have to also replace a static method by an instance method in order to avoid calling the real method and so properly test classes that are calling the offending class, but first things first.

Assuming that your static initialiser is initialising a static field of your class:
  1. Encapsulate the access to the field with a simple getter
  2. Use the *Extract Method* refactoring to extract all the code from the static initialiser
  3. In the getter initialise the field *if it is null* by calling the extracted method 
  4. Delete the static initialiser
Yep it's that simple! :o)

Your next step will likely be to replace the public methods using this getter by instance methods so that those can be tested (example).

Let's have a look at an example of the code before refactoring

And now here's the refactored code. Steps 1 and two are made by automated refactorings.

Having done this we can simply add an instance method as a proxy to the static method, then use the instance method instead of the static method as referred to above .